5 décembre 2016

Marcel Aymé [Le Passe-Muraille] : En attendant

Ah que coucou !

Cette dernière nouvelle est à mettre sous les yeux de tous ceux qui nous énervent à se plaindre toujours de ce qui se passe toujours dans leur vie alors qu'ils ne font absolument rien pour y remédier : sauf nous casser les oreilles, à nous, qui ne pouvons rien y changer, rien y faire...
Et cette nouvelle sera certainement la dernière que je proposerai aussi vu que j'ai posté les 3 recueils de nouvelles que j'avais de cet auteur dans ma bibliothèque :
  1. Les contes du Chat Perché
  2. Le Nain
  3. Le Passe-Muraille
Dans cette dernière nouvelle, il ne faut pas oublier qu'elle a été éditée et écrite pendant l'Occupation allemande lors de la seconde guerre mondiale, et qu'à cette époque-là, les Français (ainsi que le monde entier) pensaient que la guerre allait encore durer très longtemps... si longtemps que Marcel Aymé parle ici de la guerre de 1939-1972 ;)... oui, il ne s'agit pas d'une faute de frappe ;)... et oui, en 1942-1943 on n'imaginait pas que la guerre puisse se finir quelques mois plus tard...

Ici Marcel Aymé nous parle de ces célèbres files d'attente qui jonchaient tous les différents trottoirs devant les magasins, il nous parle de "marché noir", il nous parle des cartes d'alimentation, il nous parle des restrictions... Il nous parle aussi de cette amitié qui se créait lors de ces attentes interminables pendant lesquelles un individu parlait avec un autre, liait connaissance, devenait ami...

Dans cette file d'attente 14 personnes se connaissent et nous narrent leur vie ou ce à quoi elles pensent sur le moment. Le premier est un veuf qui nous raconte comment sa femme est morte. Ensuite vient l'enfant qui attend parce qu'il a faim et veut manger. C'est au tour d'une jeune épouse d'un prisonnier de guerre à prendre la parole ensuite suivie par la très courte explication d'une vieille dame, qui en veut à Dieu, parce qu'en rentrant chez elle, elle a cassé les 2 œufs qu'elle était parvenus à acheter. Après vient le tour de la mère de famille à crier contre sa pauvreté et contre les restrictions... qui précède la fillette de 12 ans qui s'est fait voler ses lacets la veille au soir... Vient ensuite la narration de la vieille demoiselle couturière qui explique pourquoi maintenant elle est si démunie qu'elle ne peut pas acheter d'étoffe au marché noir... que suit la prière du garçonnet qui a perdu les cartes d'alimentation pour le pain que sa mère lui a confiées. Dans cette file vient ensuite la prostituée qui, malgré ce qu'on peut penser, explique les raisons pour lesquelles elle n'a plus assez d'argent... suivie par une vieille dame qui veut acheter du mou pour son chat... suivie par un poivrot qui râle parce qu'on ne lui autorise qu'un litre de vin par semaine alors qu'avant il buvait six litres par jour... qui précède un Juif... qui lui-même se trouve avant la jeune fille qui avait seize ans au début de la guerre... et pour finir, cette malheureuse épouse de prisonnier de guerre qui, pendant cette attente, meurt...

Malgré ce qu'on peut croire, ce texte n'est pas ennuyeux à lire, tout au contraire, il nous fait voyager dans une autre époque et nous rappelle qu'il y a toujours plus pauvre et plus malheureux que nous...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

3 décembre 2016

Pierre Corneille : Le Menteur (suite)

Ah que coucou !

Comme promis la semaine dernière, je ne vous propose pas d'attendre une année pour avoir la suite du Menteur... et c'est dans une prison lyonnaise que nous retrouvons Dorante que retrouve Cliton, son valet. Nous avons le souvenir, encore frais, que Dorante est un fieffé menteur et que son père ne le considère plus tel un gentilhomme (d'ailleurs, vous vous souvenez de Lucrèce ? Et bien Dorante en fait, ne l'a pas épousé et s'est enfui en Italie et c'est à Rome qu'il a appris le décès de son père...). De son voyage à Rome Dorante est revenu en France avec la "bonne resolution" suivante : ne plus mentir !! un si grand menteur qui décide de s’amender et de ne plus mentir ?!?!?!?!! Invraisemblable, n'est-ce pas ? Est-ce une promesse en l'air ou parviendra-t-il à la tenir ? et bien vous le saurez en lisant la pièce de théâtre suivante :

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

1 décembre 2016

Tolstoï : L'Evasion

Ah que coucou !

Dans cette nouvelle Tolstoï nous parle des conséquences pour les Polonais de leur insurrection loupée contre l'autorité occupante russe du milieu du 19e siècle...

Le vieux Mr Iatcheski, veuf et remarié, a de son premier mariage 2 filles : Wanda, l'aînée, et Albine. Joseph Migourski est un jeune homme qui s'engage dans la lutte contre l'occupation russe. Il fréquente si souvent la famille Iatcheski que le père pense à le marier à son aînée... La révolution éclate. Au départ les révolutionnaires parviennent à bouter les Russes hors de Pologne, mais Nicolas Ier n'a pas dit son dernier mot et, à l'aide de renfort, l'armée russe revient et écrase l'insurrection. Migourski, dont tous les biens sont confisqués, est alors condamné à l'exil dans la ville d'Oural et y a l'obligation de servir l'armée russe en tant que simple soldat. Par écrit il fait donc ses adieux à la famille Iatcheski...
Mais Albine, elle, admire cet homme devenu un héros avec lequel elle échange une nombreuse correspondance, et, après le décès de son père, elle décide de le rejoindre à Oural afin de pouvoir l'épouser - s'il le veut... Le but d'Albine est atteint, accompagnée de sa vieille nourrice Louise, elle parvient à Oural où elle loge chez la famille du commandant de la garnison en l'attente de son mariage avec son "José". Après 5 ans de mariage, le couple ont 2 merveilleux enfants : un garçon et une fille. Mais ceux-ci, faute de soins médicaux car il n'y a pas de médecin à Oural, meurent ce qui rend Albine si triste que, si son José n'avait pas été là, elle se serait jetée dans la rivière pour y mourir...
Arrive alors de Sibérie un Polonais nommé Rossolowski qui, un soir alors qu'il est en visite chez le couple Migourski, leur narre les raisons de son déplacement: il faisait partie du complot visant à soulever tous les Polonais exilés en Russie contre l'autorité russe pour pouvoir regagner leur Pologne chérie.
Suite à cette conversation, Albine se met alors à réfléchir à un plan d'évasion...

Et vous avez là l'explication du titre de cette nouvelle... il ne vous reste plus qu'à lire celle-ci afin de savoir quel plan a émergé dans le cerveau d'Albine, si ce plan est réalisable, et si oui ou non ils vont parvenir à s'évader de Russie pour se réfugier en Perse, car il leur serait alors dangereux de rejoindre la Pologne...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Bonne lecture !
Bisous,
@+
Sab

29 novembre 2016

Honoré de Balzac : Le Dimanche

Ah que coucou !

Pour faire suite à la nouvelle précédente : Paris en 1831, Balzac nous dépeint schématiquement ici une journée dominicale des Parisiens... mais, au fait, et vous alors, que faites-vous le dimanche ??? peut-être que ces quelques lignes vous donnerons des idées pour dimanche prochain ;)

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

27 novembre 2016

Marcel Aymé [Le Passe-Muraille] : L'Huissier

Ah que coucou !

Me Malicorne est un huissier très scrupuleux et qui fait si bien son travail que son étude lui rapporte beaucoup d'argent. Mais un jour, alors qu'il dort paisiblement, il décède et se retrouve devant saint Pierre, aux Portes du paradis, où il pense qu'il ne peut qu'y entrer. Mais voilà, saint Pierre ne partage pas son avis et le condamne à l'Enfer. Me Malicorne fait alors appel à Dieu qui est dans l'obligation de lui donner une seconde chance de mériter son entrée au Paradis. Et c'est ainsi que Me Malicorne ressuscite...
Le lendemain matin, alors qu'il se réveille, il se remémore son passage devant et saint Pierre et Dieu et décide alors de faire des bonnes actions... mais voilà, est-ce que ce qu'il appelle "bonne action" est la même chose pour saint Pierre et pour Dieu ?

Et bien vous saurez si Me Malicorne a gagné sa place au Paradis en lisant l'histoire suivante :

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

25 novembre 2016

E-books : Hébergeur non HS

Ah que coucou !

Amusantes, certaines questions ;)... ne lit-on donc pas les commentaires avertissant que l'hébergeur fonctionne maintenant correctement ? La panne n'a duré qu'une demi-heure... Certains s'en sont vite aperçu... tandis que d'autres posent la question aujourd'hui encore...

Bisous,
@+
Sab qui ne voit pas l'utilité d'éditer un billet pour avertir alors qu'elle l'a fait déjà dans un commentaire... et cela dès qu'elle a constaté que tout fonctionnait à nouveau très bien ;)...

Pierre Corneille : Le Menteur

Ah que coucou !

Cela faisait bien longtemps que je n'avais posté une pièce de Corneille dont la préface est signée par Voltaire... et bien, aujourd'hui et la semaine prochaine vous aurez la chance de pouvoir rire (oui, rire) des péripéties de Dorante, un fieffé menteur ;)...
Aujourd'hui je vous propose la première version que Corneille a écrite en 1642 (la Suite du Menteur date de 1643), où nous faisons la connaissance de Dorante, fils de Géronte, et amoureux de Lucrèce/Clarice...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Dorante vient de terminer ses études à Poitiers et revient vivre chez son père à Paris. Le lendemain de son arrivée, aux Tuileries, il rencontre une fort charmante jeune fille dont il a décidé de faire sa maîtresse... et, afin de se faire "mousser", il décide de mentir à cette belle en lui racontant qu'il revient de la guerre d'avec l'Allemagne où il fut très valeureux, pendant que son valet, Cliton, se renseigne auprès du cocher, de l'identité de la belle et de sa compagne. Et c'est ainsi que Clarice, la Belle, ou Isabelle, deviennent dans l'esprit de Dorante et Cliton : une cousine de Clarice, prénommée Lucrèce...
En même temps, chez Clarice, Géronte demande, au nom de son fils, Clarice à son père qui accepte alors qu'un des amis de Dorante, Alcippe, attend patiemment le bon vouloir de son père pour pouvoir convoler en juste noces avec elle dont il est aimé...
Géronte, quand il apprend à Dorante son dessein à le marier avec Clarice, ne se doute point que celui-ci, pensant être amoureux de Lucrèce, va lui inventer une hyménée qu'il aurait conclu à Poitiers auprès d'une certaine Orphise, dont le père Armédion / Pyriandre est un noble sans fortune... Résulat : Géronte retourne chez Clarice pour dégager son fils de la promesse de mariage...

Comment notre menteur va-t-il pouvoir assouvir sa flamme ?
Et bien vous le saurez en lisant cette première version ;).

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

23 novembre 2016

Agatha Christie [Le Club du Mardi continue] : Le Géranium bleu

Ah que coucou !

Nous voici à la dernière nouvelle du recueil qui aurait pu être placée au tout début ou en seconde position parce que la narration se passe avant que les Bantry n'aient entendu parler du Club du Mardi... et Mrs Bantry est étonnée d'apprendre, de la bouche même de Sir Henry, que Miss Marple est capable de résoudre des cas mystérieux en s'inspirant de ce qu'elle connaît à St Mary Mead...

Aujourd'hui donc, lors d'un dîner organisé chez les Bantry où Sir Henry à demander à son hôtesse, Mrs Bantry, d'y convier Miss Marple, celle-ci en profite pour faire narrer à son mari, le colonel, l'étrange aventure qu'est arrivée à un de ses amis : George Pritchard... ou plutôt, non... celle survenue à son épouse qui y trouva la mort...

Mrs Pritchard est une femme malade et acariâtre qui fait vivre un véritable enfer à tout son entourage. Très superstitieuse, elle croit dur comme fer que ce que racontent les médiums, diseuses de bonne aventure, etc. est la stricte vérité. Un jour elle convoque Zarida, une extra-lucide de l'Avenir, qui lui assure qu'elle vit dans une pièce où beaucoup de "mauvaises ondes" sont enfermés. Quelques temps après elle reçoit une lettre de Zarida qui la menace de mort si elle découvre, par nuit de pleine lune, primevère, rose tremière et géranium ayant la particularité suivante : être bleus. Paniquée par cette prédiction, elle met à mal les nerfs de tout son entourage immédiat jusqu'au jour où...

La suite ? Elle se trouve dans la nouvelle suivante :

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

21 novembre 2016

Marcel Aymé [Le Passe-Muraille] : Les Bottes de sept lieues

Ah que coucou !

Germaine Buge est femme de ménage qui vit sous une mansarde. Elle a un fils prénommé Antoine. Un jour, alors qu'elle attend Antoine à la sortie de l'école, elle ne voit pas celui-ci sortir et c'est un autre écolier qui l'avertit qu'Antoine est parti, dans les premiers, avec Frioulat.
Frioulat est le fils d'un couple de commerçants et a été désigné "chef de la bande"... cette bande comprend 6 membres au moment où se déroule l'histoire : Naudin, Baranquin, Antoine, Huchemin, Frioulat et Rogier. Et au lieu de rentrer chez eux après l'école, cette petite bande décide d'aller Rue Elysée-des-Beaux-Arts pour observer des bottes de sept lieues dans une vitrine d'un magasin de bric-à-brac... Mais voilà, pendant le trajet Antoine se rebiffe contre le chef Frioulat et... et quoi ? ben, vous n'avez qu'à le lire vous-même, ce conte...

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab

19 novembre 2016

Honoré de Balzac : Le Provincial

Ah que coucou !

Dans cette courte nouvelle, Honoré de Balzac caricature le Provincial quand il vient, pour la première fois, à Paris. Si aujourd'hui les provinciaux et les Parisiens se moquent moins l'un de l'autre, en 1831, ce n'était nullement le cas encore et l'ami Balzac s'en donne, comme qui dirait, à cœur joie ;). Petite revanche, Monsieur Balzac, le Parisien ;) ?

accessible à la lecture / téléchargement en cliquant ici
Format : pdf
Langue : Français

Bonne lecture !

Bisous,
@+
Sab